On a tous déjà vécu cette situation :

Tu es en train de parler en chinois et ton interlocuteur te reprend sur ta prononciation en répétant exactement la même chose que toi !!! 

Exactement la même chose ? Pas si sûr …

Le plus gros problème avec l’oral en chinois, ce sont bien sûr les tons.

Si tu as du mal à te faire comprendre quand tu parles chinois c’est probablement que tes tons ne sont pas corrects.

Mais au fait, comment ça marche ces foutus tons chinois ?

Pourquoi est-ce qu’ils ont l’air simples sur le papier mais sont si difficiles dans la pratique ?

Et surtout comment faire pour réussir à les maitriser rapidement ?

Dans cet article tu vas découvrir une méthode simple et efficace pour maîtriser rapidement la prononciation des tons chinois !

Les tons chinois : Comment ça marche ?

Individuellement, les tons chinois sont assez simples à comprendre et tu n’as pas besoin d’avoir l’oreille musicale pour être capable de les discerner (contrairement à que l’on l’entend souvent).

Voici le graphique que l’on trouve dans tous les manuels de chinois

Tu les utilises d’ailleurs tous les jours en français :

  • Le premier ton chinois est un ton plat dans les aigues qui correspond au ton français quand tu hésites : « hmmmmm »
  • Le deuxième ton chinois est un ton montant qui correspond au ton français quand tu réponds au téléphone « Halo ? »
  • Le troisième chinois est un ton qui descend (puis remonte) et correspond au ton français quand tu es surpris : « Vraimment ? » (Il faut descendre dans les graves pour accentuer le “ai” de « Vraiment » )
  • Le quatrième ton chinois est un ton sec qui descend et correspond au ton français quand tu donnes un ordre : « Arrêtes ! »
  • Le cinquième ton chinois n’en est en fait pas un et correspond simplement à la façon dont tu prononces un mot naturellement comme en français.

Enchainer rapidement les tons chinois dans une phrase

Là où ça se corse c’est pour les enchainer ensemble dans la pratique !

Car il y a une grande différence entre être capable de prononcer les tons individuellement et réussir à passer de l’un à l’autre rapidement dans une phrase.

Une meilleure approche consiste à les pratiquer par paires de 2. En effet, les mots chinois sont pour la plupart constitués de 2 caractères, et il est donc bien plus efficace de s’entrainer à les enchainer 2 par 2 plutôt que de les répéter individuellement.

Il n’y a en tout 20 combinaisons possibles que je t’ai regroupé dans la table ci-dessous. Récupère là au format PDF et entraine-toi à prononcer chaque paire individuellement

Si tu veux une démonstration live de comment travailler chaque paire de tons, je t’invite à découvrir ma vidéo : Réussir à prononcer les tons chinois : La méthode simple

L’erreur fatale à éviter

Les intonations sont la base de l’oral en chinois et il est essentiel d’en prendre conscience dès le premier jour de ton apprentissage. Beaucoup d’apprenants tombent dans le piège de se dire qu’il suffit de bien prononcer les pinyins pour se faire comprendre à l’oral.

C’est une grave erreur : non seulement les chinois ne te comprendront pas (ils essayeront plutôt de deviner ce que tu dis en fonction du contexte) mais en plus il sera presque impossible de rectifier le tir plus tard.

Cela reviendrait à réapprendre entièrement le vocabulaire que tu connais déjà, d’où l’importance de travailler cet aspect en priorité dès le début.

Surtout que parfois, le contexte ne t’aidera même pas. C’est par exemple le cas avec les mots mài (Vendre) vs. mǎi (Acheter) qui se prononcent exactement de la même façon mais qui ont des sens littéralement opposés. Mal accentuer un de ces deux mots peut donc inverser le sens de ta phrase.

Un autre exemple très commun est shuìjiào 睡觉 (dormir) vs. shuǐjiǎo 水饺 (ravioli). Imagine la confusion si tu entres dans un restaurant pour commander des raviolis :

Toi : 你好,我要睡觉 (bonjour, je veux dormir)

Patron : 啊?你累吗?(hein ? Tu es fatigué ?)

Toi: 不累,我要睡觉(Non pas fatigué, je veux dormir !)

Patron : 哦!你要水饺 哈哈:D (Ha ! Tu veux des raviolis :D)

Cas particulier : Le 3eme ton chinois dans la pratique

Le 3eme ton (celui qui descend et qui remonte) est sans aucun doute le ton chinois le plus difficile à maîtriser de tous et à l’origine de nombreuses erreurs de prononciation.

Le ton numéro 3, Pratique Vs Théorie (en pointillé)

Non seulement il est mal enseigné dans la plupart des manuels de chinois mais en plus sa prononciation change en fonction de sa position dans la phrase. Voyons en détail comment prononcer le troisième ton dans la pratique :

  1. Avant un 1er, 2nd, ou 4eme ton : Il est prononcé comme un ton descendant (On ne prononce pas la partie qui remonte, c’est comme un mini 4eme ton)
  2. Avant un 3eme ton : Il est prononcé comme un 2eme ton (C’est-à-dire qu’on prononce uniquement sa 2eme moitié, celle qui remonte dans les aigue)
  3. En fin de phrase : On le prononcera comme un ton descendant (idem que #2)
  4. En solo : Le seul cas où le prononcera comme dans sa version théorique (C’est-à-dire un ton qui descend puis qui remonte)

Le 3eme ton est en fait la plupart du temps prononcé comme un ton descendant dans les graves (un peu comme si on l’avait coupé en 2). Le seul cas où on le prononce entièrement est quand on souhaite accentuer un mot isoler en particulier.

C’est par exemple le cas du mot 好 (qui pris individuellement veut dire « OK ») qu’on peut accentuer en exagérant la remonter dans les aigue du 3eme ton.

Un autre cas particulier est quand plusieurs 3eme ton s’enchainent dans une même phrase. C’est le cas par exemple des phrases qui commencent par « je voudrais » (我想 …). Dans ce cas-là, l’idée c’est de regrouper les 3eme ton par paire de 2 et de s’entrainer à prononcer chaque paire individuellement (cf paragraphe précédent).

Pense à récupérer la table des tons pour pratiquer les paires qui contiennent des 3eme tons individuellement :

Maitriser facilement les tons chinois : La méthode simple

La plupart des chinois te conseilleront simplement de passer beaucoup de temps à répéter les 4 tons sans te dire concrètement comment faire.

À vrai dire c’est normal, les locuteurs natifs chinois ont appris la langue naturellement via leur environnement et ne se sont donc jamais posés la question de savoir comment apprendre les tons.

Cependant, pour un francophone qui apprend le chinois en tant que langue étrangère, le conseil « répéter, répéter, répéter » ne sert pas à grand-chose à part te décourager.

Voici la méthode en 3 étapes simples pour améliorer significativement la prononciation de tes tons en chinois.

1) Prends l’habitude de remarquer les tons

A chaque fois que tu entends un mot chinois à l’oral, prends l’habitude de te poser la question suivante : « quels sont les tons associés à ce mot ? ». Cela permettra à ton esprit de garder une attention permanente sur cet aspect jusqu’à que ce cela devienne totalement naturel.

Entraine-toi aussi à faire des dictées tonales. Écoute l’audio d’un mot sans regarder son pinyin et essaye de deviner ses tons chinois (tu n’as pas besoin de connaitre la signification du mot pour faire l’exercice). Commence par t’exercer avec des mots constitués d’un seul caractère, puis deux, trois etc …

Une fois que tu es capable de discerner correctement les différents tons, enregistre-toi puis compare-toi avec l’audio original.

Tu verras que bien souvent, être capable de reconnaitre un ton ne veut pas forcément dire être capable de le prononcer. Commence par t’entrainer avec les 20 mots de la table des tons qui accompagne l’article.

2) Parle doucement mais surement

Avant de prononcer une phrase en chinois, prends quelques secondes pour réfléchir à la manière dont tu vas articuler les tons entre eux, en particulier s’il y a beaucoup de troisièmes tons qui s’enchainent. Prends l’habitude d’avoir ce petit raisonnement avant de formuler chaque phrase.

Si tu penses avoir mal prononcé un ton, reprends-toi ! Ne laisse jamais une erreur de ton impunie et fais l’effort de reformuler ta phrase correctement. Notre cerveau est stupide, si tu ne te corrige pas, il va considérer que ta phrase est correcte et tu vas continuer à te tromper encore, encore et encore …

Il est extrêmement difficile de corriger une mauvaise habitude, d’où l’importance de bien prendre son temps avant de formuler une phrase.

Aide-toi également de tes mains pour imiter les fluctuations des intonations quand tu t’exprimes à l’oral. C’est une technique efficace pour maintenir ton attention sur les tons.

3) Exagère le premier et le quatrième ton

Les tons les plus difficiles à maitriser en chinois sont sans aucun doute les tons numéro 2 et 3 (celui qui monte et celui qui descend puis remonte). Ils ne sont pas faciles à discerner et encore moins à prononcer, en particulier le ton numéro 3, qui se prononce différemment en fonction du ton qui le suit.

Une solution temporaire quand on débute est d’ignorer complètement le deuxième et troisième ton et de sur-accentuer le premier ton (le ton plat) ainsi que le quatrième ton (celui qui descend).

En exagérant ces 2 là, tu prononceras correctement 50% de tes tons (ce qui est déjà un excellent score). Attention à quand même faire l’effort de continuer à travailler sur tes tons 2 et 3, cela ne doit être qu’une solution temporaire.

Réussir à maitriser correctement les tons est probablement l’étape la plus difficile dans l’apprentissage du chinois et il faudra des années avant d’y parvenir. Cependant, c’est tout à fait possible en pratiquant les exercices vus ci-dessus un petit peut tous les jours.

Si la prononciation chinoise est un problème pour toi, je t’invite à découvrir ma méthode complète pour apprendre à prononcer tous les sons chinois et te faire parfaitement comprendre à l’oral en t’inscrivant à ma formation par email ci-dessous (tu recevras un email par jour pendant 7 jours, chaque email va t’apprendre un concept clé pour avoir une superbe prononciation en chinois).

Alex

Passionné de Chine et de langue chinoise, je vous livre mes secrets sur cette langue et mes meilleures recettes pour commencer à parler chinois mandarin en quelques mois.