La prononciation en chinois est l’une des premières difficultés que rencontrent tous les débutants qui se lancent dans l’apprentissage de cette langue. Pourtant, une bonne prononciation en mandarin, c’est la base de tout si vous comptez voyager, étudier ou travailler en Chine !

Pour que l’on vous comprenne, il faudra être en mesure de prononcer correctement les sons voyelles et consonnes, mais ce n’est pas tout ! Vous devrez également maîtriser les tons

Et c’est là que les choses se compliquent sérieusement. De nombreux débutants font des erreurs fatales comme celle de zapper les tons lorsqu’ils apprennent le mandarin pour ne se concentrer que sur le pinyin. Aïe aïe aïe… Mauvaise idée !

Si vous voulez sonner comme un natif en chinois, vous devez avoir une excellente prononciation. Rassurez-vous, il existe des techniques pour vous améliorer. Et si vous appliquez les bonnes méthodes, vous aussi, vous pouvez y arriver !

La prononciation en chinois : Petit récap des bases à connaître

Dans la langue chinoise, il existe peu de combinaisons de sons possibles.

Toutes les initiales (souvent des consonnes) ne vont pas avec toutes les finales (souvent des voyelles). Pour vous situer, il y a seulement 400 syllabes possibles en chinois, alors qu’il en existe des milliers en français.

De plus, la plupart des mots en mandarin ne comportent qu’une ou deux syllabes. Mais comment les Chinois font-ils pour se comprendre avec si peu de sons possibles dans leur langue ? Ils utilisent les tons !

Les tons permettent de différencier les mots dont le pinyin est identique

Il existe 4 tons en mandarin, qui permettent de prononcer chaque syllabe de 4 façons différentes en changeant l’intonation.

Par exemple le son « ma » se compose de l’initial « m » et de la finale « a ». Mais si vous vous contentez de dire « ma » en omettant le ton, ce mot peut vouloir dire beaucoup de choses : cheval, maman, insulter, sacrifice, est-ce que, etc. C’est pourquoi vous devez ajouter un ton pour vous faire comprendre.

  • au premier ton, « mā » signifie « maman » ;
  • au deuxième ton, « má » signifie « engourdi, insensible » ;
  • au troisième ton, « mǎ » signe « cheval »
  • au quatrième ton, « mà » signifie « engueule, insulter ».

Ces nuances de sons peuvent paraître subtiles à l’oreille d’un étranger, mais à celle d’un Chinois, elles font toute la différence !

Que se passera-t-il si vous malmenez la prononciation du pinyin ou omettez les tons ?

Si vous voulez bien parler chinois, il vous faudra maîtriser :

  • les initiales et les finales grâce au tableau de transcription phonétique des sons chinois (le hanyu pinyin) ;
  • les tons et leurs variations.

Si vous ne maîtrisez pas le pinyin ET les tons, les Chinois ne vous comprendront pas, ce qui peut rapidement devenir très frustrant…

Imaginez-vous demander un « verre » (杯子- bēi zi)dans un bar et que votre interlocuteur comprenne une « couverture » (被子 - bèi zi) simplement parce que vous ne prononcez pas bien le ton…  Au final, c’est un peu comme si vous confondiez les mots « poisson » et « poison » en français. La prononciation est similaire, mais ça change tout le sens !

Erreurs courantes à ne pas commettre

Voici comment la plupart des débutants apprennent la prononciation en chinois. On va partir de l’exemple du mot « météo » 天气 ( tiān qì) :

  • ils prennent le pinyin et ils associent le son à un mélange de lettres en français. Par exemple, le « tian » devient « t + inspiration + i + ène ».
  • Ensuite, ils ajoutent le ton t-inpiration-i-ène + 1er ton.
  • Ils ajoutent alors la deuxième syllabe du mot : qi « t-ch-i » + 4e ton.
  • Au lieu de retenir simplement la prononciation de tiān qì (la météo), ils vont donc retenir t-inpiration-i-ène + 1er ton + t-ch-i + 4e ton. Ça en fait des informations à retenir pour un simple mot… On dirait une équation mathématique !

Imaginez devoir passer par ce processus mental à chaque fois que vous apprenez un nouveau mot en chinois. Ce n’est pas possible !

Rien d’étonnant donc, à ce que de nombreux débutants négligent les tons. Ils doivent retenir tellement d’informations qu’ils se disent qu’au final, les tons ne sont peut-être pas nécessaires. Grosse erreur ! Si vous les omettez, vous risquez de vivre de drôles de malentendus en Chine… Regardez cette vidéo pour découvrir 5 erreurs de tons (et comment les éviter) !

Voyons maintenant comment prononcer les syllabes et les tons en chinois !

Mieux prononcer les syllabes en chinois grâce au pinyin

Avant de nous focaliser sur les tons, reprenons les bases : la prononciation du pinyin !

Si vous confondez des « x », des « j » et des « q » en chinois, vous pourrez difficilement aller plus loin. Si vous apprenez le mandarin depuis plusieurs mois, mais que vous ne vous sentez toujours pas à l’aise avec le pinyin, n’hésitez pas à revoir les bases dès à présent. Parfois, quand les fondations ne sont pas assez solides, il vaut mieux reprendre depuis le début, plutôt que de s’entêter à avancer et de répéter toujours les mêmes erreurs.

Si vous n’êtes pas encore à l’aise avec l’écriture pinyin en chinois, commencez par lire notre guide du pinyin chinois pour débutant.

Pensez aussi à récupérer la table des sons ci-dessous. Elle vous permettra de mieux comprendre comment prononcer chaque son de la langue chinoise.

Surtout, évitez un maximum d’écrire les sons chinois à partir des sons français, comme c’est souvent conseillé dans les méthodes populaires.

Par exemple pour apprendre la prononciation du mot 你好 (Bonjour), faites l’effort d’apprendre l’écriture en pinyins « nǐ hǎo » plutôt que son imitation en français « Ni Rao » . Même si ça peut vous aider au début, vous risquez de déformer le son et de prendre de mauvaises habitudes !

Je vous conseille aussi d’écouter les sons grâce à des audios et de vous entraîner à les répéter à voix haute. Je vous expliquerai un peu plus loin dans cet article comment faire pour sonner le plus possible comme un natif grâce à cette méthode.

Une dernière astuce pour la route : faites particulièrement attention aux syllabes nasales, comme « yin » et « ying », qui sont souvent confondues par les débutants !

Prononcer les tons en chinois, une difficulté possible à surmonter

Maîtriser chaque ton séparément

Il existe 4 tons en chinois. Commencez par apprendre chaque ton séparément.

Ensuite, renseignez-vous sur les changements de tons. En effet, certains tons changent s’ils sont suivis d’un autre ton. Par exemple, si deux « troisièmes tons » se suivent, le premier troisième ton deviendra un deuxième ton. Vous suivez ? Ce n’est pas si difficile ! Vous comprendrez mieux grâce à l’exemple ci-dessous.

Prenez par exemple le mot 你好 qui s’écrit en pinyin nĭ hăo. En réalité, dans la pratique, il faudra prononcer « ní » et « hǎo ». Ça sera ainsi pour tous les mots avec deux troisièmes tons qui se suivent. Vous remarquerez d’ailleurs que c’est bien plus facile de prononcer ce mot grâce aux variations des tons !

Pour améliorer votre expression orale, je vous invite aussi à lire cet article sur la prononciation des tons en chinois.

Apprendre les tons deux par deux

Une fois que vous maîtrisez chaque ton séparément, je vous conseille de commencer à apprendre les tons 2 par 2, c’est-à-dire en apprenant directement les mots, plutôt que chaque syllabe séparément.

C’est logique quand on y pense, mais de nombreux débutants ne le font pas ! Au lieu d’apprendre à dire « nĭ » et « hăo », apprenez directement « ní hǎo » avec la bonne prononciation (2e puis 3e ton). Un vrai gain d’énergie, vous ne trouvez pas ?

Ne surtout pas négliger les tons dans votre apprentissage

La plupart des débutants apprennent théoriquement les tons et s’arrêtent à cette première étape. Mais vous, vous voulez sonner comme un natif et avoir une excellente prononciation en chinois, n’est-ce pas ? Alors, ne négligez pas cet élément de la langue dans la pratique.

Pensez-y à chaque fois que vous apprenez un nouveau mot ou que vous parlez chinois. Au début, ça sera difficile, mais ça deviendra de plus en plus naturel.

Si vous n’utilisez pas les tons, votre discours sonnera haché dans le meilleur des cas, et incompréhensible dans le pire des cas. J’espère que vous êtes désormais convaincu de l’importance des tons !

Les astuces pour sonner comme un chinois natif

1.  Écouter la prononciation d’un mot et pas seulement lire le pinyin

Quand on débute, il faut bien commencer par apprendre le célèbre tableau de la phonétique chinoise, ainsi que les différents tons et leurs variations. C’est la première étape et la manière la plus rapide d’apprendre le chinois… Mais ne vous arrêtez pas là !

Si vous voulez réellement vous améliorer en chinois, vous devez réussir à ne plus penser en termes de pinyin, mais en termes de sons. Et pour cela, il faut écouter des natifs parler !

Alors, quand vous apprenez un mot, je vous conseille de toujours l’écouter sur une application (par exemple Pleco, Chinese Pod ou Forvo). Vous pouvez également écouter le mot dans une vidéo YouTube ou demander à un ami chinois qu’il le prononce et qu’il corrige votre propre prononciation. Vous n’avez pas encore de binôme chinois ?

Lisez cet article qui vous explique comment former un tandem franco-chinois avec qui pratiquer le mandarin.

2.   Apprendre les tons avec des histoires

Vous n’arrivez pas à retenir les tons ? Vous les apprenez assidûment, mais vous avez tendance à les oublier aussitôt ? Et si vous vous inventiez de petites histoires pour mémoriser les tons ?!

Cette technique de mémorisation est ultra-puissante ! Prenons l’exemple donné par Menglong sur le forum de Chinois Tips pour mieux comprendre cette méthode.

Par exemple, pour retenir le mot 超市 (chao1shi4), qui signifie « supermarché », Menglong s’imagine un personnage qui s’amuse à faire un long dérapage dans les allées d’un supermarché (chāāāāāāāāāāāāāāo). Ensuite, il s’arrête net devant le rayon qui l’intéresse (shì !) Ça donne donc un « chāāāāāāāāāāāāāāo shì ! » Vous n’oublierez plus jamais que « supermarché » se prononce avec un premier ton suivi d’un quatrième ton (chāoshì).

3.   Apprendre simultanément l’écriture et la prononciation

Quand on apprend un nouveau mot en chinois, il ne faut pas mémoriser séparément la prononciation et l’écriture. Vous devez apprendre le pinyin, le ton et le caractère chinois simultanément !

Pour cela, prenez un cahier d’écriture chinois, écrivez le caractère et au-dessus de chaque caractère, notez le pinyin et le ton. Écoutez sa prononciation comme conseillé un peu plus haut dans cet article. Faites une ou deux lignes de caractères pour chaque nouveau mot, en écoutant et en prononçant à chaque fois ce que vous écrivez.

4.   Écouter des émissions en chinois tous les jours

L’idéal pour tout apprenant en chinois serait de ne plus penser en termes de pinyin + ton, mais de directement retenir le son, comme le ferait un natif chinois.

En effet, les enfants chinois ont d’abord appris à parler, puis ils ont appris les caractères. Ils n’ont pas étudié le pinyin et les tons. D’ailleurs, si vous demandez à un Chinois le ton d’un mot, il se trompera sûrement, parce qu’il n’est pas habitué à différencier le ton du reste de la prononciation.

Apprendre le son sans passer par le pinyin est presque impossible pour un débutant en chinois. Alors, ne vous inquiétez pas si vous n’y arrivez pas encore. Mais si vous voulez un jour réussir à maîtriser parfaitement les tons, il faudra également penser au long terme. C’est pourquoi il faut semer des graines dès aujourd’hui en écoutant des natifs parler. À force d’écouter, votre chinois deviendra de plus en plus fluide !

N’hésitez pas à consulter le forum pour trouver des idées de séries TV chinoises, de dessins animés ou de chansons pour pratiquer votre compréhension à l’audition en mandarin !

Pour débuter en chinois ou repartir sur de bonnes bases (notamment si vous avez sous-estimé l’importance de la prononciation), inscrivez-vous à notre cours de chinois en ligne ci-dessous et recevez 1 leçon par e-mail tous les jours !