Dans cette leçon, tu vas découvrir comment les sinogrammes chinois fonctionnent ainsi que des astuces pour les mémoriser plus facilement.

Les sinogrammes chinois sont l’une des difficultés majeures quand on débute l’apprentissage du mandarin, peut-être que tu as du mal à les apprendre ou peut-être même que tu as déjà atteint un bon niveau de chinois mais que voilà les caractères chinois c’est un peu ta bête noire et du coup tu as pris pas mal de retard sur l’apprentissage de l’écrit

Donc dans cette vidéo, je vais te montrer que les sinogrammes non seulement c’est facile à apprendre mais qu’en plus c’est de loin l’aspect le plus passionnant de l’apprentissage de la langue chinoise.

Dans ce nouveau cours de chinois en ligne, on va faire un voyage dans le temps et je vais te raconter un petit peu l’histoire derrière plusieurs sinogrammes qu’on retrouve dans les listes HSK, donc c’est-à-dire des sinogrammes très communs que tu croiseras beaucoup.

Tu vas voir qu’une fois qu’on a compris comment ils ont été formés et qu’on connaît la petite histoire qui est derrière, après c’est super facile de les apprendre !

Comment fonctionne l’écriture chinoise

Alors d’abord, laisse-moi d’abord t’introduire un concept fondamental si tu veux réussir à apprendre l’écriture chinoise, c’est le concept de radical.

Donc les sinogrammes chinois ça marche un peu comme des molécules. Je ne sais pas si tu te souviens de tes cours de chimie du lycée, mais au début lorsque l’univers s’est créé, il était composé essentiellement d’atomes élémentaires très basiques. Puis petit à petit ces atomes se sont assemblés avec d’autres pour former des molécules de plus en plus complexes etc …

Et bien c’est pareil avec l’écriture chinoise, au début les sinogrammes étaient tous très basiques, souvent calqué sur des objets physiques du réel comme le sinogramme 日 le soleil, 山 la montagne, 口la bouche etc

Puis petit à petit ils se sont assemblés entre eux pour former des sinogrammes de plus en plus complexes etc …

Donc en gros quand tu entends le mot clé en chinois, pense à sinogramme élémentaire ou sinogramme primitif que tu vas retrouver dans la composition de beaucoup d’autres sinogrammes.

Et ce qui est cool avec les radicaux c’est que comme pour les atomes, il n’y en a pas 36000 différents, en réalité il suffit d’en connaître une centaine pour ensuite être capable de lire et comprendre 90% des sinogrammes chinois que tu rencontreras dans ton apprentissage.

Car c’est comme pour les molécules en chimie, si tu regardes la composition des molécules tu verras que ce sont toujours les mêmes atomes qu’on retrouve. C’est juste leur séquence d’assemblage qui change selon les molécules.

Tu trouveras d’ailleurs dans la description de la vidéo une liste avec les 100 radicaux les plus communs de la langue chinoise, je te conseille vivement de la récupérer et de l’apprendre car tu vas voir qu’une fois qu’on connaît les éléments fondamentaux les plus basiques de l’écriture chinoise, après c’est très facile de comprendre des sinogrammes plus complexes.

Rappel toi, radical = Sinogramme fondamental avec un sens particulier, souvent issu d’un objet physique du réel, donc en l’occurrence ici une flèche.

Pour t’aider je t’ai mis l’évolution du radical 矢 au cours du temps, comme tu peux voir sur l’image, au début le sinogramme était vachement claqué sur l’image d’une flèche, puis bien sûr après sa graphie a évolué au cours du temps. Je te rappel que l’écriture chinoise c’est pas quelque chose de figé dans le temps, donc comme toutes les langues, elle a pas mal évolué avec le temps.

Le sinogramme chinois 医

Le premier qu’on va étudier ensemble c’est le sinogramme chinois 医 qui se prononce yi1 et qu’on retrouve notamment dans le mot 医生 un mot de la liste HSK 3 qui veut dire Docteur en chinois.

Donc ce sinogramme si on le décompose en ses éléments fondamentaux, donc en ses radicaux, tu peux voir qu’il est composé du radical de la flèche ici que tu connais et du radical 匚 qui est le radical de la boîte.

OK alors là tu vas me dire « Très bien mais je ne vois pas le rapport entre un docteur, une flèche et une boîte ».

Et bien c’est là que l’étude des sinogrammes chinois peut t’en apprendre beaucoup sur l’histoire de Chine puisqu’autrefois, dans l’ancien temps en Chine, quand un docteur débarquait sur un champ de bataille pour soigner les blessés, l’une de ses missions c’était d’extraire les flèches que les soldats avaient reçus et de les mettre dans une boîte.

C’est la raison pour laquelle en chinois, une boîte + une flèche symbolise le docteur.

C’est encore plus visible dans la version traditionnelle du sinogramme que je t’ai mis ici :

Si on décompose le sinogramme, on reconnaît encore mieux la boîte, la flèche et même la main ici qui vient retirer la flèche du blessé.

Voilà et ensuite le caractère a été simplifié en 医 mais la logique reste exactement la même.

T’as vu c’est beaucoup plus simple de mémoriser un sinogramme, que ce soit dans sa version simplifié ou traditionnel, quand on comprend comment il a été formé ainsi que la petite histoire qui est derrière non ?

Et le plus beau avec cette méthode c’est que ça fonctionne même pour les sinogrammes abstraits.

Le sinogramme chinois 知

Par exemple un autre sinogramme composé du radical de la flèche c’est

Alors ce sinogramme tu le retrouveras notamment dans le mot 知道 veut dire savoir ou connaître et que tu connais forcément puisque c’est ce mot qu’il faut utiliser pour dire « je ne sais pas en chinois » comme dans 我不知道

Donc pareil, on va l’analyser un petit peu ses radicaux pour essayer de comprendre son origine et surtout pouvoir le retenir plus facilement.

Donc ce sinogramme, il est composé du radical de la flèche ici et de la bouche ici et il est intéressant celui-là parce qu’il nous en apprend un peu plus sur la philosophie chinoise.

En gros il nous dit que quand tu sais de quoi tu parles, donc que tu possèdes le savoir ou les connaissances, et bien tes mots sont comme des flèches qui sortent de ta bouche. Rapides et aiguisées, elles vont droit au but sans chercher à faire du blabla inutile ou de broder pendant des heures contrairement aux ignorants qui parlaient beaucoup mais qui savaient peu.

D’ailleurs c’est un trait de caractère qu’on retrouve souvent chez les maîtres ou les profs chinois. Souvent ils vont te faire passer un maximum de connaissance en utilisant un minimum de mots. Si tu prends des cours de taï-chi ou même de calligraphie par exemple tu l’as peut-être remarqué toi aussi. Ceux qui possèdent le savoir en Chine parlent peu mais parlent bien. Et bien c’est un signe de savoir et d’expérience qu’on retrouve justement dans le caractère 知 qui symbolise la connaissance !

Le sinogramme chinois 矮

Allez, je sens que ça t’intéresse de découvrir la philosophie chinoise au travers les sinogrammes donc on va analyser cette fois le sinogramme

Qui veut dire petit mais c’est le petit en taille ou aussi parfois bas en hauteur selon le contexte.

Bon déjà t’as vu premier truc qu’on remarque c’est que contrairement aux autres sinogrammes qu’on avait vus juste avant, celui-là, il est constitué non pas de 2 radicaux mais de 3.

On peut voir le radical de la flèche ici que tu connais, le radical de la jeune pousse de céréale ici et le radical de la femme. Alors est-ce que tu serais capable deviner le rapport entre être bas en hauteur, une flèche, une femme et une jeune pousse de céréale.

Et bien en fait à l’époque en Chine, beaucoup de femmes travaillaient dans les champs. Et pour travailler, elles devaient souvent s’agenouiller pour soigner les petites pousses de céréales. C’est l’idée qui est derrière les radicaux 女 et 禾

Quant à la flèche ? Et bien la flèche c’est pour te donner une échelle ! En gros quand la femme se tenait à genoux pour soigner les petites pousses dans le champ, sa hauteur totale ne dépassait pas celle d’une flèche.

Ça peut te sembler bizarre de prendre une flèche comme référentiel, mais en réalité ce n’est pas plus bizarre que de prendre un billet de banque, tu sais un peu comme dans les scènes de crimes ou tu prends une photo d’une douille de pistolet avec un billet à côté pour l’échelle.

Les sinogrammes 短 et 缺

D’ailleurs on retrouve cette logique dans d’autres sinogrammes comme le sinogramme  短 qui veut dire court mais court en longueur ou même 缺 qui veut dire faiblesse dans le sens manqué de quelque chose.

Tu vois dans chacun de ces sinogrammes, on retrouve le radical de la flèche qui permet de mettre en perspective un objet d’une longueur courte ou le fait de manquer de quelque chose.

La raison c’est que dans l’ancien temps en Chine, l’idée de quelque chose de long était symbolisée par l’arc, donc une arme qui permettait d’atteindre des ennemies à une longue distance. Et donc la flèche en perspective elle paraît toute petite à côté, et elle permet donc symboliser l’idée de quelque chose de court.

Le sinogramme chinois 族

Allez, on s’en fait un petit dernier pour la route, avec le sinogramme

族 zú

Qui veut dire le clan ou l’ethnie.

Alors ce sinogramme je l’aime bien parce qu’il est composé du radical du drapeau ici et du radical de la flèche juste en dessous. Tu vois je t’ai mis un dessein de l’ancienne version du sinogramme :

 

Une leçon par jour !

Reçois chaque matin une nouvelle leçon de chinois GRATUITE dans ta boîte mail !

C'est fait !